Imprimer Recommander   Twitter
 
Imprimer Recommander   Twitter
Galerie: Essai Peugeot iOn

Essai: Peugeot iOn

Le commencement

25.10.2010

La première voiture électrique de Peugeot… est une Mitsubishi. Comme Citroën avec la C-Zero, Peugeot reprend l'i-Miev de Mitsubishi et la renomme iOn. Une citadine électrique aux ambitions modestes.

Pas d'émissions directes, pas de bruit. L'iOn ne signale que par un simple "ON" au tableau de bord qu'elle est prête à démarrer. Dans un léger sifflement et avec une vivacité étonnante, elle glisse hors des starting-blocks. La boîte de vitesse ne compte qu'un rapport. Vous voulez rouler plus vite? Alors poussez juste plus fort sur la pédale de droite.

64 ch

Peugeot iOnLe moteur électrique peut délivrer jusqu'à 64 ch et envoie aux roues arrières 180 Nm entre 0 et 2.000 t/min. Le régime maxi est de 8.000 t/min. Avec ça, l'iOn est capable d'atteindre 135 km/h en pointe et d'abattre le 0-100 en 15,9 secondes. Mais au volant, la sensation de rapidité est pourtant bien présente, surtout lors des reprises.

Le tableau de bord offre une honnête facilité de lecture. Au-dessus du compteur digital, vous pouvez lire quel influence votre style de conduite a sur les batteries Lithium-ion (charge, Eco ou forte consommation). A droite, l'autonomie. A gauche, le niveau de charge des batteries. Et il est étonnant de voir à quelle vitesse chute l'autonomie. En théorie, une pleine charge doit vous emmener à 150 km. Mais assez vite après le départ, l'afficheur passe sous les 100 km.

Peugeot iOnL'iOn n'est donc pas faite pour les grandes distances. Trop de bruit de vent, une autonomie très dépendante du poids embarqué, un coffre de 168 litres… Il y a quelques points négatifs, donc. Pour tracer à travers la ville par contre, c'est plutôt pas mal. Elle est parfaitement à l'aise dans le trafic urbain et avec 3,4 m de long, elle se trouve aisément un endroit où se garer. Enfin, elle est réellement capable d'emmener 5 adultes.

Chargée en 6 heures

Peugeot iOnLà où on trouve d'habitude la trappe à carburant, on branche la prise secteur. La prise sur la voiture est spécifique, mais l'autre bout du fil se branche dans une prise domestique ordinaire 220 Volts. En 6 heures, l'iOn est chargée. Branchée sur un borne de chargement rapide triphasée 380 Volts, il faut 15 minutes pour charger les batteries à moitié, et il faut 30 minutes pour 80% de charge. Mais on ne peut charger à 100% via ces bornes. Mais bon, ces bornes sont de toute façon plutôt rares chez nous.

Le manque d'infrastructure – un problème politique – est en fait la plus grosse épine dans le pied de l'iOn. La voiture marche bien, c'est clair. Mais que peut-on faire d'une voiture qui marche bien si on n'a nulle part où la charger? Economique à l'usage, elle l'est aussi. Peugeot annonce une "conso" de 1,5 à 2 € par 100 km. Vous direz, rouler à l'essence ou au diesel coûterait aussi sérieusement moins cher s'il n'y avait les accises (taxes).

Leasing

Chez Peugeot, on est conscient que l'iOn n'est qu'un premier pas. Et dans un premier temps, la voiture ne sera proposée qu'en leasing, pour 500 €/mois (hors TVA). Il s'agit de contrats de 5 ans, avec une garantie totale des batteries et de la transmission électrique. Les premières iOn seront livrables dans notre pays dès la fin de l'année.

Peugeot iOn

 

Salon de Francfort 2017

Découvrez toutes les nouveautés du Salon de l'Auto de Francfort 2017 dans notre dossier spécial.

AutoWorld

No data available

ServiceWorld

Trouvez votre voiture !

Marque
Modèle

Sécurité en ligne

Protégez-vous contre l'hameçonnage (phishing), les fraudes par chèque et les offres malhonnêtes. Surfez en toute sécurité grâce à nos conseils.