Imprimer Recommander   Twitter
 
Imprimer Recommander   Twitter
Galerie: Essai Volvo V60 D4

Essai: Volvo V60 D4

Première de classe

17.06.2014

Le nouveau diesel 2.0 D4 de Volvo combine, dans la V60, 181 ch à des émissions de CO2 – théoriques – de 103 g/km. BMW et Audi sont largués.

Galerie: Essai Volvo V60 D4Le diesel D4 a pour mission de remplacer le D5 5 cylindres, bien que ce dernier reste au catalogue dans sa version la plus puissante (215 ch). Le nouveau 4 cylindres 2.0 est à peine en dessous, avec ses 181 ch et 400 Nm à 1.700 tours, mais ses 103 g/km le rendent bien plus amical envers l'environnement… et le portefeuille.

Le nouveau moulin répond aux normes Euro6. Volvo annonce 3,8 l/100 km, une consommation rendue possible selon Volvo par une pression de 2.500 bar d'une part, et par une gestion de celle-ci cylindre par cylindre d'autre part. D'après le constructeur, c'est comme ça que le carburant est le plus efficacement réparti.

Sur papier

Galerie: Essai Volvo V60 D4Sur papier, le résultat est impressionnant puisqu'il supplante l'Audi A4 Avant 2.0 TDI Ultra et ses 114 grammes pour 163 ch, la BMW 320d Touring et ses 184 ch pour 123 grammes, et même sa version EfficientDynamics annoncée à 112 grammes, mais avec seulement 163 ch. Avantage Volvo donc, qui atteint un niveau de CO2 plus bas encore avec le 1.6 diesel de la V60 D2 (108 g/km). Nous avons essayé ce nouveau moteur avec la boîte auto 8 rapports, annoncée à 112 g/km. Dans cette configuration, la facture est de 38.710€. L'Audi est moins chère, la BMW un peu plus. Avec la boîte manuelle 6, la Volvo coûte 36.110€.

Et en vrai?

Galerie: Essai Volvo V60 D4En termes de prestations, la Volvo fait clairement partie des premières de classe des 2.0 diesel. Mais en pratique, elle a un peu de mal à le traduire du côté des sensations. Et la faute en revient d'après-nous aux rapports très longs de la boîte. En même temps, ceux-ci sont garants d'une conso très mesurée. A vitesses usuelles, on arrive aisément à se contenter de 5 l/100 km. Et si l'on combine avec du trafic urbain, on reste tout de même sous les 6 litres. Si nous nous rappelons nos essais du passé, on constate que c'est un peu moins bien qu'un 2.0 TDI du Groupe VW, mais c'est vraiment mieux qu'avec le 5 cylindres D5.

Sportive?

Galerie: Essai Volvo V60 D4La conduite sportive convient assez bien à la voiture, à condition de placer la boîte en mode sport et mettre le pied au plancher. En S, les changements de rapports attendent jusqu'à 4.500 tours. Et on peut aussi changer manuellement via le levier de vitesse. Le 0-100 est abattu en 7,6 secondes et la pointe est de 225 km/h, des chiffres tout à fait respectables. Mais c'est surtout par son couple que la voiture impressionne. Les accélérations sur autoroute sont si bluffantes qu'on sent le moteur mettre véritablement le châssis à l'épreuve. Certes la V60 se comporte avec un dynamisme bienvenu, mais ce n'est pas encore une Série 3.

C'est donc en mode relax qu'on l'appréciera le mieux. La V60 est clairement née pour le confort et son nouvel habitacle – inspiré par celui de la V40 – représente un réel progrès en la matière. Ajoutez cela à la foule de bidules électroniques qu'on trouve à bord, et vous serez vite comme chez vous dans la V60.

La D4 démarre en finition Kinetic, qui comprend les jantes alliage, le cruise control et le volant cuir en série. Le coffre du break peut recevoir 430 litres de bagages et en rabattant les banquettes en trois parties, on obtient une surface aussi plane qu'énorme. Bien sûr à ce niveau-là, la V70 reste la patronne de la gamme.

 

Salon de Francfort 2017

Découvrez toutes les nouveautés du Salon de l'Auto de Francfort 2017 dans notre dossier spécial.

AutoWorld

No data available

ServiceWorld

Trouvez votre voiture !

Marque
Modèle

Sécurité en ligne

Protégez-vous contre l'hameçonnage (phishing), les fraudes par chèque et les offres malhonnêtes. Surfez en toute sécurité grâce à nos conseils.