Imprimer Recommander   Twitter
 
Imprimer Recommander   Twitter
Galerie: Essai VW Golf 2.0 TDI DSG

Essai: VW Golf 2.0 TDI DSG

Très conventionnelle

08.01.2009

En réalité, la GolfVI est une vieille connaissance. Une multitude de modifications ne peuvent en effet faire oublier que la GolfVI est une Golf V retouchée – pour le meilleur, cela dit. Nous avons mis à l’épreuve la dernière-née de Wolfsburg avec son moteur diesel Common Rail de 140 CV.

La Golf est une Golf, une Golf et… Depuis une trentaine d’années, elle occupe une première place incontestée au sommet du classement des ventes- en Allemagne. Le plus étrange est que son allure ne suscite à l’observation ni l’enthousiasme, ni le mépris. Les clients l’achètent parce qu’ils n’aiment pas se faire remarquer, qu’ils cherchent quelque chose de solide, qu’ils se sont habitués à la Golf au fil du temps ou pour toute autre raison respectable.  

Là où d’autres marques parlent d’un lifting en profondeur, VW annonce purement et simplement une nouvelle Golf. Les ingénieurs ont ainsi affûté la VI tout en délicatesse, mais non sans minutie, en prenant même en considération les reproches et les aspirations du public.

A l’écoute des critiques

Galerie: Essai VW Golf 2.0 TDI DSGAinsi, l’arrière, fréquemment jugé trop haut et étroit, a été redessiné dans un style sensiblement plus musclé. Les concepteurs ont notamment obtenu cet effet grâce aux larges phares remaniés, et ils ont par la même occasion éliminé le deuxième objet de reproches: dans des conditions de luminosité défavorables, l’on devinait à peine avec la GolfV si le conducteur qui nous précédait avait enclenché ou non ses clignotants. Ce défaut appartient désormais au passé. De même, le feu clignotant du rétroviseur éblouissait le conducteur dans l’obscurité. VW a remédié à ce défaut en remodelant les rétroviseurs, ce qui atténue aussi les bruits aérodynamiques.

Galerie: Essai VW Golf 2.0 TDI DSGÀ l’intérieur, les commandes des lève-vitres électriques ont été déplacées vers le haut et tombent parfaitement sous la main du conducteur. Dans le nouveau combiné d’instruments, l’éclairage bleu a finalement été abandonné au profit du blanc. L’on peut en outre remarquer une actualisation timide du tableau de bord et une modification de la régulation de la climatisation. Comme par le passé, le volant gracile peut se régler dans une large mesure, et en conjonction avec les sièges sport confortables, il procure une sensation de bien-être douillet qui peut difficilement être surpassée. Il s’agit d’ailleurs de l’un des secrets de la réussite de la Golf- le bien-être d’un nid douillet.

Maniérée

Galerie: Essai VW Golf 2.0 TDI DSGÀ cela s’ajoute une obsession du détail, qui se manifeste par exemple dans l’éclairage du volant multifonctions, dans la commande de la transmission DSG au moyen d’un levier agencé derrière le volant, ou encore dans le fonctionnement de la caméra de recul en option, qui se déploie au besoin sous l’emblème VW du hayon arrière; et lorsqu’elle n’est pas utilisée, elle reste dissimulée à l’abri des salissures. Autres raffinements: la personnalisation de nombreuses fonctions par le biais de l’ordinateur de bord (MFA Plus) et l’antenne rutilante du système de téléphonie et de navigation sur le toit, qui chez d’autres, est réalisée dans un plastique grossier. Et nous n’oublierons pas l’éclairage de jour, proposé de  série.

.Galerie: Essai VW Golf 2.0 TDI DSGL’espace exploitable dans la Golf, inchangé, se situe dans la norme de la catégorie. Rares sont les utilisateurs qui en nécessitent davantage. Le coffre de 350 litres n’atteint toutefois qu’une capacité moyenne, la nouvelle Renault Mégane pouvant par exemple accueillir 405 litres.

Le calme, enfin

La principale amélioration de la Golf réside cependant dans le moteur 2.0 TDI à injection Common Rail, conforme aux exigences écologogiques Euro-5. Dans cette nouvelle Golf diesel, les conducteurs qui jugeaient supportables les anciens moulins à pompe d’injection se demanderont si leurs oreilles ne sont pas bouchées et leurs passagers non avertis ne remarqueront même pas qu’ils sont entraînés par un moteur à auto-allumage. Le 16 soupapes s’ébranle dans la plus grande douceur et soutient l’accélération tout en netteté, escaladant les graduations du compte-tours dans la régularité et sans à-coups dans la réponse du turbo. La dynamique linéaire paraît néanmoins plus modeste que dans le modèle précédent utilisant la pompe à injection car le turbocompresseur ne se met plus en marche si brutalement et n’accompagne plus ses services de puissantes sonorités de moteur.

Galerie: Essai VW Golf 2.0 TDI DSGNous avons chronométré 9,7 secondes pour le sprint au lieu des 9,3 proclamées par VW. Cette performance peut être reproduite à tout moment grâce à la boîte DSG à six rapports. Il suffit de positionner le levier de sélection sur « S » ou dans le mode manuel et d’accélérer. La double transmission passe les rapports de façon leste et presque imperceptible. La DSG est incontournable en association avec le 2.0 TDI, même si elle augmente la consommation de quelque 10% par rapport à la boîte manuelle. VW annonce 5,4 litres, tandis que nous avons plutôt calculé 6,7 litres- pas particulièrement sobre, mais raisonnable.

Ouvriers à la chaîne et épouses de directeurs

Galerie: Essai VW Golf 2.0 TDI DSGUn autre facteur de réussite de la Golf tient à son statut de voiture inclassable, au sens où elle n’est rattachée à aucune catégorie sociale, et à ses possibilités de personnalisation. C’est l’équipement qui donne le ton et définit le prix. Ainsi, la Golf 1.4 de 80 CV peut être obtenue à partir de 15.990 euros, et à l’autre extrémité de la liste de prix figure actuellement la 2.0 TDI DSG, qui dans la finition Confortline regorgeant d’accessoires que nous avons essayée, coûte environ 35.000 euros. L’on peut plus précisément se faire plaisir à partir de 25.700 euros. L’équipement comprend alors, entre autres, sept airbags, l’ESP - ce qui en fait le modèle le plus sûr à ce jour dans la catégorie compacte, les jantes en aluminium de 16 pouces, la garniture en cuir du volant, l’appui lombaire, l’alarme de recul, la climatisation manuelle, l’ordinateur de bord et l’autoradio CD MP3.

En complément, nous recommandons le régulateur de vitesse et l’installation mains libres Bluetooth Premium Plus, laquelle n’est toutefois compatible avec les téléphones Nokia et BenQ que s’ils possèdent des profils d’accès SIM. Les feux antibrouillard en option jouent un rôle d’éclairage directionnel statique jusqu’à environ 40 km/h. La solution nécessite un temps d’acclimatation sur le plan optique lorsque la Golf projette ses trois faisceaux lumineux dans les courbes. Enfin, nous conseillons le module « hiver », qui inclut les sièges chauffants à l’avant, les gicleurs de lave-glace chauffants, un lave-phares et un indicateur du niveau de lave-glace. Dernier détail, avant d’oublier: deux portes supplémentaires coûtent 750 euros.

Données techniques
 
Marque et modèle   VW Golf 2.0 TDI DSG
Gamme d’équipement   Confortline
Dimensions et poids    
Longueur / Largeur / Hauteur (mm)   4.199/ 1.779 / 1.479
Empattement (mm)   2.578
Rayon de braquage (m)   10,9
Poids à vide (kg)   1.420
Capacité du coffre (litres)   350 / 1.305
Pneus du modèle d’essai   205/55 R 16 Dunlop Winter Sport 3D
Moteur    
Cylindrée (cm³) / Cylindres (nombre et disposition)   1968 / 4 en ligne
Puissance (CV)   140
Couple (Nm) / tours/minute   320 / 1750 à 2500
Entraînement   Traction avant
Transmission   Double embrayage à six rapports
Consommation    
Type de carburant   Diesel
Mixte d’après le constructeur (l/100 km)   5,4
Émissions de CO2 (g/km) / Norme européenne   142 / Euro 5
Cycle de consommation d’après AS24 (l/100 km)   6,7
Performances    
0 à 100 km/h d’après le constructeur (s)   9,3
Sprint de 0 à 100 km/h d’après AS24 (s)   9,7
Arrêt de 100 à 0 km/h d’après AS24 (m)   40
Vitesse maximale (km/h)   207
Prix    
à partir de (euros)   25.700
 
Plus de données
Moins de données
 

En conclusion

Alléluia pour la petite bourgeoise qui ne met jamais une roue de côté - à tout le moins, pas dans un sens négatif. Dans sa dernière actualisation, la Golf est une nouvelle fois tirée à quatre épingles. Le constructeur de Wolfsburg doit uniquement admettre les critiques à propos de ses tarifs. Le montant à débourser donne cependant droit à un modèle de première classe, qui satisfait à toute situation avec les honneurs et qui s’avère payant, au plus tard, à la revente.

Galerie: Essai VW Golf 2.0 TDI DSG

 

Salon de Francfort 2017

Découvrez toutes les nouveautés du Salon de l'Auto de Francfort 2017 dans notre dossier spécial.

AutoWorld

No data available

ServiceWorld

Trouvez votre voiture !

Marque
Modèle

Sécurité en ligne

Protégez-vous contre l'hameçonnage (phishing), les fraudes par chèque et les offres malhonnêtes. Surfez en toute sécurité grâce à nos conseils.