sans images
AutoScout24
AutoScout24 Magazine

Article publié le : 08.08.2011

ww2.autoscout24.fr?article=238505

Reportage: 24 Heures de Spa

Pas de chance pour la Ferrari AutoScout24

AutoScout24 était au départ de la dernière édition des 24 Heures de Spa-Francorchamps, avec une superbe Ferrari 430 Scuderia. La course s'est déroulée dans des conditions difficiles qui n'ont hélas pas épargné notre voiture.

C'est le team français Sport Garage qui avait aligné la Ferrari 430 Scuderia, avec au volant des pilotes français expérimentés: Eric Cayrolle, Christophe Jouet, Michael Petit et Romain Brandela. "Ca fait quelques années déjà que je peux compter sur le soutien d'AutoScout24 France et je suis particulièrement heureux que ce soutien ait pu s'afficher à Spa", dit Brandela. Cette année, il s'était déjà illustré durant le Championnat de France GT3, au volant d'une BMW Z4 GT.

Imprévisible Spa

Par la combinaison de plusieurs facteurs, cette édition des 24 Heures fut l'une des plus dures de l'histoire. La météo s'est montrée particulièrement imprévisible – et à Spa, ça veut vraiment dire quelque chose – et puisque quelques équipes de pointes étaient au départ, les choses s'annonçaient rudes. "Bref, la pression était très forte sur la piste et les touchettes entre les voitures les plus rapides et les plus lentes n'ont pas manqué", explique Brandela. "Ajoutez la météo difficile et vous comprendrez pourquoi chaque tour réservait son lot de surprises".

Le team était inscrit en catégorie ProAm, un mix de pilotes professionnels et de Gentlemen Drivers. Une 31ème place lors des qualifications annonçait de belles promesses. "Pour la course, nous visions une place entre la 10ème et la 20ème. Je pense que c'était jouable", poursuit Brandela. Hélas, lui-même n'eut que peu l'occasion de prendre le volant. "Je n'ai pu effectuer qu'un seul relais complet", dit-il. "A ce moment-là la piste était sèche et comme je n'avais jamais conduit la voiture sur le sec, il m'a fallu un peu de temps pour prendre mes marques. Mais j'ai vite accroché d'assez bons chronos. Jusque-là la voiture n'avait connu aucun problème donc les choses se profilaient bien."

Feu

Hélas, cela changea vite. "Il commençait à faire nuit quand j'ai pris mon deuxième relais. Je tournais dans le noir. Et j'ai décidé à ce moment-là de rentrer au stand pour faire vérifier la voiture. Comme la course était neutralisée par la Safety Car, le Team en a profité pour changer un élément de suspension endommagé par la pirouette d'un de mes co-pilotes. Puis c'est un autre de mes équipiers qui a pris le volant après la réparation. Mais son relais aussi a été de courte durée. Vers une heure du matin, la voiture a du se ranger au bord de la piste à cause d'un début d'incendie. Hélas, c'était à l'autre bout du circuit et la voiture ne pouvait plus rentrer au stand. Nos 24 Heures était terminées. Parfois, c'est comme ça dans le sport auto."

Mais loin d'être découragé, Brandela est déjà partant pour sa sixième participation aux célèbres 24 Heures, en 2012. "J'espère pouvoir rassembler le budget qui me permettra de m'aligner dans une voiture récente."