sans images
AutoScout24
AutoScout24 Magazine

Article publié le : 23.01.2017

ww2.autoscout24.fr?article=534357

Reportage: Rallye de Monte Carlo 2017

Le retour du spectacle, enfin!

La première sortie des bolides de WRC dans leur livrée (plus puissante) 2017 a assuré le spectacle. Le Monte Carlo 2017 a été un millésime d'exception, qui promet une saison passionnante.

Ces dernières années, le Championnat du Monde des Rallye a vécu sous la domination de Sébastien Ogier et de sa VW Polo. On ne peut rien reprocher aux prestations, ni de l'homme ni de la voiture, mais ils n'ont pas aidé à faire du WRC une discipline spectaculaire. Ajoutez à cela des (télé)spectateurs qui perdent l'intérêt, raison pour laquelle la couverture par les télévisions était en forte dégringolade, et il devient évident que le WRC périclitait. Jusqu'à aujourd'hui.

Nouveautés 2017

Pour cette saison, la FIA a apporté quelques changements aux réglementations, qui vont accélérer le tempo du WRC.

Le résultat de ces mesures a été immédiatement perceptible, même s'il a fallu un peu d'aide des conditions météo. Celles-ci ont permis de vivre un Monte Carlo "à l'ancienne", avec neige, glace et asphalte sec, le tout parfois en une seule spéciale. De quoi faire glisser et hurler les voitures, un spectacle auquel on n'avait pas assisté depuis des lustres. Hélas, l'accident de Hayden Paddon (Hyundai) a rappelé à tous que le rallye reste un sport dangereux. Lors d'une glissade, le Néo-Zélandais a touché un spectateur qui se trouvait là où il ne devait pas être, et ce dernier n'a malheureusement pas survécu.

La crainte d'un nouveau scénario à la Groupe B ne semble cependant pas à l'ordre du jour. Il n'est en effet pas question de laisser les puissances grimper indéfiniment, et il faudra surtout mieux contrôler l'enthousiasme des spectateurs. Il n'empêche que le monde du Rallye ne peut se permettre de tels accidents, et que le public doit être en sécurité.

Véloce Neuville

Le Monte Carlo était la première occasion de se montrer pour les Ford Fiesta et Hyundai i20 Coupé adaptées aux nouveaux règlements. Citroën y a aussi lancé la carrière d'une nouvelle C3 WRC, tandis que Toyota faisait son retour par la grande porte après 15 ans d'absence, avec sa Yaris WRC. Les pilotes se sont montrés compétitifs, mais les voitures ont été victimes de nombreux incidents mécaniques.

A la fin, c'est tout de même bien Ogier – transféré chez Ford à la suite du retrait de VW – qui l'a emporté. Mais cette fois, sa victoire ne coulait pas de source. Car c'est Thierry Neuville qui a souverainement mené durant deux jours, jusqu'à ce qu'une faute le samedi le fasse dégringoler au classement.

Les conclusions de ce Monte Carlo