sans images
AutoScout24
AutoScout24 Magazine

Article publié le : 06.12.2017

ww2.autoscout24.fr?article=581637

Essai: BMW M5

La plus business des hyper-sportives !

Pour la première fois de son histoire, la BMW M5 se met à la transmission intégrale. Mais heureusement, les inconditionnels de la propulsion ne seront pas pour autant frustrés. Explications…

Pour nous faire attendre patiemment la M5, BMW nous avait déjà mis entre les mains la M550i Performance, équipée du même V8 biturbo de 4,4 litres. Cette dernière, équipée de la transmission intégrale xDrive, nous avait scotchés par son moteur (462ch) et son comportement sans failles. Trop parfaite pour être fun, en fait… On peut déjà vous dire qu’avec cette M5, c’est radicalement différent, et heureusement !

Transmission inédite

Grâce à son V8 biturbo poussé à 600 chevaux et 750 Nm (+100Nm par rapport à la M550i Performance), la BMW M5 de 6e génération abat le 0 à 100 km/h en… 3,4 secondes ! Autant dire que oui, ça pousse ! Pour une berline classe affaires, même si elle ne fait pas mieux que sa plus grande rivale, la Mercedes E63 AMG, on peut quand-même parler d’une belle prouesse. Ceci s’explique en grande partie par sa transmission intégrale, dont la M5 profite pour la première fois, paramétrable sur 3 modes. Son nom ? M xDrive, développée spécialement pour la M5 par le département M.

Un habitacle plus typé que l’extérieur

Pour tester ces 3 modes, on pénètre dans un habitacle qui a sa propre ambiance : décorations en carbone, volant aux touches rouges M1 et M2 propres aux modèles M, bouton de mise à feu rouge lui aussi, un tableau de bord à la typographie retravaillée, un nouveau levier de vitesses pour distinguer la boîte automatique à 8 rapports, de superbes sièges badgés M5, etc. Contrairement au style extérieur toujours très business, sans exubérance, l’habitacle est un univers à lui tout seul !

Un V8 plein à tous les régimes

Mise à feu : le V8 gronde, sagement. En route ! Dès les premiers mètres, en mode croisière, grâce à sa facilité de conduite et son confort, on sent directement que la M5 est sans aucun doute la plus polyvalente de son segment, là où une E63 AMG vous fait tout de suite comprendre qu’elle est plus brutale. Côté moteur, cela se ressent également, avec un moteur BMW beaucoup plus lissé que chez AMG, presque doux, alors qu’une fois la pédale de gaz enfoncée – avec une réponse prodigieuse ! – les km/h défilent à toute allure. L’explication ? Un V8 biturbo plein à quasiment tous les régimes : 750 Nm de 1.800 à 5.600 tr/min. Bon, très bien, et cette fameuse nouvelle transmission ? On y vient !

A la carte

En mode normal, pas de surprise, il s’agit d’une xDrive traditionnelle, comme sur la M550i Performance. En mode M xDrive Sport, sur la route, cela devient déjà beaucoup plus amusant ! Mais à tout moment, la BMW M5 reste très sécurisante et prévenante. Enfin, une fois le DSC coupé et le mode M xDrive 2 roues motrices enclenché, elle fera le bonheur des amateurs de drift ! Ce dernier mode est à privilégier pour le circuit mais même dans ces conditions, l’adhérence est impressionne et la tenir en glisse ne demande pas le talent d’un pilote professionnel. Et ce, à nouveau grâce à son moteur très « lissé ».

Enfin fun !

En résumé, cette nouvelle M5 vient heureusement – et enfin – ajouter le caractère fun qu’il manquait à la Série 5. Elle possède sa propre identité sur le segment : très polyvalente, tout en étant, presque sans s’en rendre compte, d’une efficacité redoutable. Bref, la voiture parfaite pour les hommes et femmes d’affaire qui aiment se perdre sur circuit le dimanche… Le tout pour 126.500€, ce qui en fait de très loin – trop loin peut-être – la plus chère des BMW Série 5.

BMW M5
Moteur: V8 biturbo essence, 4.395 cc
600 ch de 5.600 à 6.700 t/min
750 Nm de 1.800 à 5.600 t/min
0-100 km/h : 3,4 secondes
Pointe : 250 km/h (305 km/h avec M Driver Pack)
Conso : 10,5 l/100 km
CO2: 241 g/km
Prix : 126.500€