sans images
AutoScout24
AutoScout24 Magazine

Article publié le : 13.03.2019

ww2.autoscout24.fr?article=645277

Essai: Mazda MX-5 180

Pas besoin de facelift

Si comme nous, vous ne voyez pas le temps passer, vous serez abasourdis d'apprendre que la MX-5 a déjà bientôt 4 ans. Le temps des mises à jour avait donc sonné.

Et si nous critiquons parfois les constructeurs qui se montrent trop timides avec leur facelifts, nous remercions au contraire Mazda de n'avoir rien, mais vraiment rien modifié au design de la MX-5, qui n'a pas pris la moindre ride. Notez que la voiture n'avait pas plus vieilli sur le plan technique, mais les ingénieurs ont tout de même apporté quelques améliorations significatives.

Grands gabarits acceptés

Parmi ces améliorations, il y a un petit détail qui fait une grande différence : déjà réglable en hauteur, le volant l'est aussi maintenant en profondeur. Dans un habitacle aussi petit que celui de la MX-5, c'est très important, car cela permet aux (très) grands conducteurs de trouver une position largement plus satisfaisante, ce qui est crucial dans un roadster mettant en avant le plaisir de pilotage.

La MX-5 2019 est aussi un peu plus riche sur le plan technologique, puisqu'elle dispose maintenant d'Android Auto et d'Apple Car Play, d'une assistance au freinage en ville et d'un freinage automatique d'urgence en marche arrière, de la reconnaissance des panneaux routiers, etc.

184 ch

Passons maintenant aux choses sérieuses. Mazda a fait évoluer ses deux moteurs. Pour le 1.5, c'est anecdotique : il passe de 131 à 132 ch, et de 150 à 152 Nm. Nous, c'est le 2.0 que nous avons eu à l'essai et dans son cas, c'est plus marqué. Sa puissance passe de 160 à 184 ch, tandis que le couple passe à 205 Nm, soit 5 petites unités de mieux. Les chiffres sont déjà alléchants, avec le 0-100 en 6,5 secondes, contre 7,3 avec l'ancien 160 ch, et 219 km/h contre 214. Mais ce que ne disent pas les chiffres, c'est qu'entre les modifications de l'admission et de l'échappement, l'allègement des pistons et des bielles, l'augmentation de la pression d'injection et autres choses encore, le moteur respire beaucoup mieux, et a considérablement gagné en réactivité.

Le manque de réactivité était justement la raison pour laquelle nous avions, en 2015, préféré la hargne du 1.5 à la puissance du 2.0. Mais aujourd'hui, la donne a changé. Et comme les plages de disponibilité du couple et de la puissance ont été élargies, on y gagne sur tous les tableaux. La MX-5 2.0 est plus souple, plus agréable en conduite quotidienne, et à la fois plus agressive et plus homogène en conduite sportive. Ajoutez à l'équation les qualités historiques de la MX-5 que sont la légèreté, l'équilibre, la communicativité et cette sublime commande de boîte, et il est évident que la voiture est encore plus excitante qu'avant.

Une seule chose peut encore nous faire préférer le 1.5 : le poids du 2.0. Ca, ça n'a pas changé, on sent que le moteur met plus d'inertie sur le train avant, qui est donc plus facilement sujet au sous-virage. Le truc, c'est que ce "lourd" moteur étant plus pêchu qu'avant, il est plus facile de contrer le sous-virage par une petite dérive du train arrière. Finalement, voilà tout l'intérêt du 2.0 porté à 184 ch : il rend la MX-5 encore plus joueuse. Et telle est sa raison d'être.

Mazda MX-5 Skyactiv-G 184
Moteur : 4 cyl. essence, atmosphérique, 1.998cc
184 ch à 7.000 t/min
205 Nm à 4.000 t/min
0-100 km/h : 6,5 secondes
Pointe : 219 km/h
Conso : 6,9 l/100 km
Moyenne de l'essai : 7,1 l/100 km
CO2 : 156 g/km
Prix : 33.500€