sans images
AutoScout24
AutoScout24 Magazine

Article publié le : 03.06.2019

ww2.autoscout24.fr?article=651879

Essai: Seat Arona TGI

Star en devenir

Le Seat Arona roule désormais aussi au gaz naturel. Il emprunte sa motorisation à sa petite sœur Ibiza et devient ainsi l'un des premiers représentants de son segment à adopter ce type de moteur « vertueux ». Un sérieux atout !

En attendant la démocratisation des voitures électriques et, à plus longue échéance encore, de l'hydrogène, le CNG est souvent cité comme la solution la plus rapide et accessible pour réduire les émissions de CO2 et autres particules produites par le transport routier. Selon Seat, la réduction des émissions de gaz carbonique serait de 25% par rapport à celles d'un moteur essence traditionnel. Le gain en matière de particules fines et d’oxyde d’azote est encore plus éloquent, puisqu’il grimpe à 75% et 90% respectivement ! Et puisque le coût à l'usage serait réduit de 50%, on voit peu de freins à l'acquisition d'un tel moteur.

Plus de 500 km

Le frein est peut-être... la disponibilité de tels modèles, tout simplement. Seat – et l'ensemble du Groupe Volkswagen – s'est engagée dans une CNG-isation de sa gamme, et propose déjà cette solution sur les Mii, Ibiza, Leon et Leon ST. L'Arona vient donc gonfler les rangs, et pourrait séduire les acheteurs du segment B-SUV en quête d'un véhicule promettant de belles économies.

Celui-ci embarque donc le moteur 1.0 TGI de 90 chevaux. Un bloc trois cylindres qui compense la légère réduction de puissance par rapport au moteur essence dont il dérive (1.0 TSI 95 ch) par l'indice d'octane supérieur du gaz naturel (115% contre 98%). Le carburant est stocké dans trois réservoirs d'une contenance totale de 13,8 kg, pour une autonomie annoncée de 360 kilomètres, auxquels s'ajoutent les 150 km de réserve assurés par les 9 litres du réservoir d'essence.

Un SUV normal

Et sur la route, comment roule-t-il cet Arona TGI ? Eh bien... comme un Arona, tout simplement. A l'usage, rien ne le distingue sensiblement de son homologue à essence, si ce n'est peut-être qu'il se montre encore plus silencieux et moins vibrant au ralenti. Bien sûr, les performances ne sont pas transcendantes en raison d'un couple limité (160 Nm) mais s'avèrent bien suffisantes pour l'usage « bon père de famille » auquel se prête le SUV espagnol. Mieux vaut toutefois garder l'aiguille du compte-tours au-delà des 2.000 tr/min pour conserver des relances suffisantes. Pour le reste, l'Arona reste un exemple de stabilité et d'agrément routier, alliant un confort d'excellente facture à une insonorisation soignée.

Signalons encore que les motorisations CNG Seat ne sont plus « à part » dans la gamme, mais complètement intégrés aux line-up des différents modèles. Cet Arona (mais aussi les autres modèles précités) sont donc désormais livrables avec tous les niveaux de finition, y compris les sympathiques FR (au look sportif) et Xcellence (orienté luxe). Seul le volume de coffre est légèrement réduit (à 282l sur le modèle qui nous occupe) en raison des réservoirs dissimulés sous le plancher du coffre, désormais fixe.

Seul SUV CNG « de série » (les concurrents proposés sur le marché sont équipés à postériori), le Seat Arona TGI pourrait donc tirer son épingle du jeu, ce type de carrosserie étant désormais incontournable !

Seat Arona TGI
Moteur : 3-cyl, turbo, 999cc
90ch de 4.000 à 5.500 t/min
160Nm de 1.800 à 3.800 t/min
0 à 100 km/h : 13,2 sec
Pointe : 172 km/h
Consommation : 3,8 kg/100km
Moyenne de l'essai : 4,5 kg/100km
CO2 : nc
Prix : 21.070 €