Imprimer Recommander   Twitter
 
Imprimer Recommander   Twitter
Galerie: Essai DS 3 Crossback

Essai: DS 3 Crossback

Enfin le reflet d’un univers 100% DS !

25.03.2019

Nouvelle plateforme, nouvelles formes, un univers à part entière : ça y est, 4 ans après sa naissance, DS Automobiles nous présente enfin un produit 100% DS !

Galerie: Essai DS 3 CrossbackEt la DS 7 Crossback alors ? Oui, c’est vrai, elle était le premier modèle réellement conçu et pensé par la marque parisienne. Mais cette DS 3 Crossback fleure encore plus le nouveau-né, ne serait-ce que par ses formes inhabituelles et même osées, ce qui n’a pas de quoi nous déplaire. Et puis, il y a surtout la nouvelle plateforme CMP du groupe PSA Peugeot-Citroën-DS-Opel qu’elle inaugure ! En effet, dans le groupe, la priorité a été donnée à DS, même si la Peugeot 208 (présentée dernièrement à Genève), l’Opel Corsa – ainsi que leurs versions 100% électriques – ne vont pas tarder à en profiter elles-aussi.

Le sens du détail

Galerie: Essai DS 3 CrossbackPas besoin de s’attarder sur le look extérieur, chacun se fera son opinion. Mais pour l’habitacle, DS a également sorti le grand jeu, avec des formes et des commandes plutôt originales. Le petit tableau de bord par exemple, se veut sobre mais efficace, surtout grâce à l’affichage tête haute en option. Les matériaux ont encore gagné en qualité, même si on peut toujours pinailler sur quelques petits détails de finition. Les commandes de la console centrale, qui donnent un ressenti à mi-chemin entre boutons classiques et commandes tactiles, demandent un petit temps d’adaptation mais pour le reste, on apprécie, selon la finition retenue, les surpiqûres, le cuir pleine fleur (jusqu’au centre du volant !), l’Alcantara ou encore le guillochage « Clous de Paris ».

Fille de la ville, mais pas uniquement

Galerie: Essai DS 3 CrossbackBien que la DS 3 Crossback concurrence les Audi Q2 et Mini Countryman, les motorisations essence retenues ne sont pas très « premium » : 1.2 PureTech 3-cylindres turbo pour tout le monde ! Ok, il s’agit d’un excellent moteur, primé qui plus est, mais… une clientèle tout aussi « premium » peut s’attendre à mieux. Voilà pourquoi en plus des versions 100 et 130 ch, PSA a bossé sur une nouvelle variante musclée de 155 ch.

Galerie: Essai DS 3 CrossbackDans les cols entre Monaco et l’arrière-pays niçois, ce nouveau bloc s’est montré vaillant et dynamique, mais qu’est-ce qu’il est glouton ! On peut faire la même réflexion à propos de la version 130 ch, puissance déjà amplement suffisante par ailleurs (heureusement car en diesel, il n’y aura pas plus puissant que le 1.5 BlueHDi 130ch). Enfin, si les mouvements de caisse de la DS 3 Crossback sont globalement bien maitrisés et qu’on prend même du plaisir au volant, le tarage des suspensions a placé le curseur sur « confort » et sur ce plan, c’est une belle réussite ! En ville, même sur des pavés, la DS 3 Crossback s’en sort remarquablement bien.

La Parisienne a du charme

Galerie: Essai DS 3 CrossbackGlobalement, nous sommes tombés sous le charme. Mais attention, car l’espace laissé aux jambes à l’arrière n’est pas immense et le coffre de 350 litres est plus petit que ceux de la concurrence. Le rapport prix/équipement devrait par contre jouer en sa faveur, elle qui propose entre autres les projecteurs matriciels qui adaptent automatiquement les feux de route pendant la nuit (DS Matrix LED Vision) ou encore la conduite semi-autonome de niveau 2 (DS Drive Assist).

Les tarifs ? A partir de 23.500€ en essence et 24.500€ en diesel (1.5 BlueHDi 100ch). La version E-Tense 100% électrique arrivera début 2020, à un tarif proche des 39.100€.

Galerie: Essai DS 3 Crossback

 

Salon de Francfort 2017

Découvrez toutes les nouveautés du Salon de l'Auto de Francfort 2017 dans notre dossier spécial.

AutoWorld

No data available

ServiceWorld

Trouvez votre voiture !

Marque
Modèle

Sécurité en ligne

Protégez-vous contre l'hameçonnage (phishing), les fraudes par chèque et les offres malhonnêtes. Surfez en toute sécurité grâce à nos conseils.