Imprimer Recommander   Twitter
 
Imprimer Recommander   Twitter
Prise de contact: Fiat Linea

Prise de contact: Fiat Linea

L’extra-européen

03.06.2007

Les petites voitures et les voitures à coffre sont en Europe occidentale difficilement combinables. Seuls cinq pour cent du segment sont livrés en berline. Mais une fois franchi les frontières européennes, on observe un phénomène complètement différent. Près de deux tiers des petites voitures sont aussi des voitures à coffre. Et leur tout nouveau représentant est : la Fiat Linea.

Berline dérivée de la Grande Punto, la Linea présente elle aussi des lignes douces et galbées, de grands phares et un avant imposant : le nouveau visage de la Fiat est désormais intégré dans le modèle plus grand, la Bravo. L'aspect arrière de cette Italienne conçue dans le Centro Stile Fiat est harmonieux, presque élégant. De grands phares rouges et blancs ornent l'arrière qui peut être lui aussi raffiné sur une petite voiture à coffre.

Italiano-turque

Néanmoins, ce n'est pas en Italie que la nouvelle Fiat est fabriquée mais en Turquie. Pour le moment. De l'association avec les Italiens et la Holding turque Koç a vu le jour la société Tofas A.S. qui souhaite produire 60 000 Linea par an dans l’usine de Bursa. D’autres ateliers de production devraient suivre à l’avenir au Brésil, en Inde, en Chine et en Russie : tous marchés cibles de la Linea.

On comprend très vite: la Fiat Linea n’est pas une voiture européenne et certainement pas une voiture allemande. Pas plus de 1 000 véhicules considérés comme bons sont vendus en Allemagne. Toute personne ayant les mêmes exigences que nous qui s'approche de la petite berline d'un peu trop près sera déçue. Le groupe cible a d'autres conceptions.

Désert de plastique

Allons voir l'intérieur de plus près. Alors que la Linea de 4,56 mètres de long révèle un aspect extérieur élégant et raffiné, l'intérieur peut être quant à lui qualifié de désert de plastique. La finition est qui plus est mauvaise. Les fentes ne sont pas seulement grosses, elles sont aussi irrégulières. Notre voiture d’essai était flambant neuve, le compteur affichait quatre kilomètres. Nous avions tout de même l'impression que les matériaux étaient usés.

Prise de contact Fiat LineaDe même pour les sièges à l'aspect raffiné: alors que le conducteur est parfaitement bien installé, les passagers doivent s’asseoir sur les « place bon marché ». A cause du manque d'espace libre pour la tête à l'arrière, les personnes de plus de 1,80 mètres ne peuvent y prendre place et le siège avant passager doux est lui aussi guère confortable.

Trois variantes de moteur

Fiat propose un moteur diesel 1,3 litres d’une puissance de 90 CV qui est le seul moteur automatique disponible. Est également proposé un moteur Otto 1,4 litres disponible soit avec 77 CV, soit en version suralimentée avec 120 chevaux. Les deux modèles à essence ne sont disponibles qu'avec une boîte à cinq vitesses imprécise.

Tout aussi imprécis, Fiat le qualifie d'axé sur le confort, le châssis de la Turbo Linea que nous avons testée. Il absorbe certes les aspérités de la chaussée mais les rebondissements de la voiture sont signe de mauvaise adhérence à la route et nuit à la dynamique de conduite. De même, la direction indirecte implique une allure plus lente.

Peu d’élan

Malgré la suralimentation, le moteur est tout sauf nerveux. Les 120 CV sont difficiles à sentir et le moteur a tendance à tourner rapidement. Mais prenez garde: la Linea n'a pas de limitateur de vitesse et il n'y a même pas de zone rouge sur le régulateur de vitesse. A env. 4 000 tours, le moteur fonctionne correctement et parvient à faire rouler la Fiat de 1280 kg assez rapidement.

Prise de contact Fiat LineaEn résumé, la Linea n’a aucun argument d’achat. Même si son prix n'est pas très élevé (env. 13 000 euros), le marché propose d’autres modèles plus avantageux. De plus, l’équipement en série n’a rien de magnifique. Mais comme nous l’avons dit auparavant: les Allemands placent la barre très haut. Dans d'autres pays, on peut avoir avec la Linea du luxe à un prix avantageux car les exigences y sont bien moins élevées et la concurrence elle aussi propose des produits de moins bonne qualité.

Conclusion

La Linea est réussie, si on la voit à travers les yeux d’un extra-européen. La petite italienne qui n’arrive pas à la cheville du concurrent absolu de Fiat, la Jetta de VW, n’est pas à la hauteur des critères élevés des Allemands. Une version spécialement conçue pour le marché européen n’est pas prévue pour le moment. Ainsi, l’objectif d’en voir circuler 1000 exemplaires en Allemagne semble bien difficile à atteindre.

 

Salon de l’Auto de Bruxelles 2017

Découvrez toutes les nouveautés du Salon de l’Auto de Bruxelles 2017 dans notre dossier spécial.

AutoWorld

No data available

ServiceWorld

Trouvez votre voiture !

Marque
Modèle

Sécurité en ligne

Protégez-vous contre l'hameçonnage (phishing), les fraudes par chèque et les offres malhonnêtes. Surfez en toute sécurité grâce à nos conseils.