Imprimer Recommander   Twitter
 
Imprimer Recommander   Twitter
Galerie: Prise de contact Jeep Renegade

Prise de contact: Jeep Renegade

Le SUV des villes et des champs !

01.10.2014

Le Renegade assume son look de 4x4 et fait honneur à Jeep en offrant de bonnes prestations dynamiques et surtout de vraies capacités tout terrain. Qui dit mieux ?  

Galerie: Prise de contact Jeep RenegadeSur le marché des petits SUV, l’embarras du choix est d’actualité. Mais, si de nombreux modèles (Nissan Juke, Renault Captur, Peugeot 2008,…) servent surtout à franchir les trottoirs, ils sont peu à savoir se sortir de situations extrêmes. Avec le Renegade, Jeep a donc décidé de proposer un challenger inédit.

Retour aux sources !

Galerie: Prise de contact Jeep RenegadeQuestion design, le Renegade ne brusque pas les inconditionnels de la marque. Il s’offre en effet une forme d’ensemble carrée et des détails faisant référence à l’histoire du constructeur. Ainsi, on retrouve avec plaisir les phares ronds, la calandre à sept entailles et le profil du 4x4 Wrangler. Pour le reste, on épingle des protections noires qui ceinturent le véhicule, une garde au sol s’échelonnant de 18 à 22 cm en fonction de la version choisie et de larges débattements de suspensions allant jusqu’à 20 cm à l’arrière.

Parfum d’Amérique...

Galerie: Prise de contact Jeep RenegadeL’habitacle se veut avant tout fonctionnel. Il s’offre une présentation soignée, recourt malheureusement encore à quelques plastiques durs et s’égaye en fonction du niveau de finition (Sport, Longitude, Limited et Trailhawk). Question habitabilité, si à l’avant chacun prend ses aises, l’arrière n’accueille confortablement que deux adultes ; le siège du milieu étant à considérer comme une place d’appoint. A l’avant, si la position de conduite se trouve aisément, on regrette par contre que les sièges n’offrent pas plus de maintien latéral. Le passager, pour sa part, regrette en prime que son siège ne puisse se régler en hauteur. Enfin, au rayon « petites contrariétés », le conducteur n’apprécie ni les montants épais du pare-brise, ni la visibilité ¾ arrière médiocre. Le coffre, pour sa part, dispose d’un volume de 351 litres, extensible à 1.297 litres. Son bémol ? Sa surface de chargement n’est pas plane.

100 % baroudeur

Galerie: Prise de contact Jeep RenegadeSur le plan technique, outre la belle palette de motorisations avec pas moins de 4 moteurs essence (de 110 à 185 ch) et 2 blocs Diesel (de 120 à 170 ch), on retient surtout du Renegade qu’il peut se la jouer 4x2 ou 4x4. En prime, pour les versions 4x4, différents systèmes aident à se sortir des situations délicates : blocage de différentiel, gamme courte, assistant à la descente ou encore différents modes de conduite. A ce titre, il est bon de savoir que le Renegade Trailhawk est le modèle le plus complet de l’offre. Il apparaît donc comme l’intrépide de la bande avec des boucliers et pneus spécifiques, des crochets d’attelage (avant et arrière) et des angles d'attaque de 30,5°, de franchissement de 25,7° et de départ de 34,3°. Bref, avec lui, on se joue sans stress des croisements de pont, des franchissements de pentes à 55° ou encore des mises en dévers. Si les autres variantes 4x4 proposées par Jeep n’ont pas ces aptitudes au franchissement, elles vagabondent aisément sur les terrains difficiles d’accès. Le Renegade, animé par le 2 litres Diesel de 140 chevaux s’accouplant à la boîte auto à 9 rapports, nous en a fait la démonstration.

On the road again...  

Galerie: Prise de contact Jeep RenegadeAprès quelques kilomètres, on réalise en effet que ce modèle - vendu à  32.200 € - offre un comportement routier sain. Ce comportement, on le doit à une prise de roulis limitée, à un train avant assez précis, à une direction électrique bien calibrée et à un freinage efficace. Et, en vérité, seul l'amortissement aurait eu tout à gagner en étant un peu moins ferme. Le quatre cylindres, quant à lui, se révèle un rien bruyant au démarrage et à pleine charge certes, mais fait son job correctement. Avec lui, le Renegade ne se métamorphose pas en foudre de guerre. Pour le secouer un peu, il faut d’ailleurs recourir au mode manuel (un rien lent !) de la boîte auto en descendant quelques rapports. Cela dit, si l’on adopte une conduite zen, le mode auto égrène les rapports sans à-coups ; un détail appréciable qui limite en prime la consommation relevée à environ 8 l/100 km. Une dernière bonne nouvelle, non ? Affirmatif !

 

Salon de Francfort 2017

Découvrez toutes les nouveautés du Salon de l'Auto de Francfort 2017 dans notre dossier spécial.

AutoWorld

No data available

ServiceWorld

Trouvez votre voiture !

Marque
Modèle

Sécurité en ligne

Protégez-vous contre l'hameçonnage (phishing), les fraudes par chèque et les offres malhonnêtes. Surfez en toute sécurité grâce à nos conseils.