Imprimer Recommander   Twitter
 
Imprimer Recommander   Twitter
Prise de contact: Mitsubishi i-MiEV

Prise de contact: Mitsubishi i-MiEV

100 kilomètres pour moins de deux euros

29.10.2009

Mitsubishi sera le premier constructeur automobile à lancer sur le marché européen un véhicule électrique destiné à une grande diffusion. Rien qu’en Allemagne, les ventes de i-MiEV pourraient atteindre les 1000 exemplaires par an – et ce, dès fin 2010! À l’échelle mondiale, Mitsubishi prévoit de vendre environ 30000 de ces électrobolides par an à partir de 2013; un chiffre auquel viennent s'ajouter 25000 exemplaires des modèles Peugeot et Citroën dérivés. Les deux versions françaises devraient être disponibles dans le sillage du modèle original. Quelques écueils subsistent cependant.

La I-MiEV mêle les caractéristiques de nombreux véhicules. Si ses 3,40 mètres de longueur la classent dans la catégorie des sub-compactes, dans le même temps, son généreux empattement – plus de 2,50 mètres – lui permet cependant de rivaliser avec les véhicules de type Golf. En largeur, elle se limite modestement à 1,475 mètre, soit 8,5 centimètres de moins que la Smart – elle ne passe par conséquent pas inaperçue sur les routes européennes!

Dans la tradition japonaise

Mitsubishi i-MiEVAu Japon, par contre, il n’en est rien! En effet, la i-MiEV, de son petit nom la «i», sillonne les routes japonaises depuis près de trois ans déjà sous la forme que nous découvrons aujourd'hui, mais avec une petite motorisation essence turbo de 660cm. Au Japon, les sub-compactes aux dimensions parcimonieuses sont traditionnellement plébiscitées: elles permettent en effet à leurs utilisateurs de bénéficier d’avantages fiscaux intéressants et de jouir des places de parking que les centres-villes souvent saturés réservent spécialement aux véhicules de ce type.

Donc, le concept fonctionne! La «i» a en effet été pensée et conçue autour du principe d’intégration des éléments sous le plancher du véhicule. La raison en est simple: cet agencement convient idéalement aux systèmes de propulsion électriques. Le moteur, la propulsion et les agrégats secondaires sont donc logés sous les sièges des passagers. Sous le capot du véhicule, par contre, on ne trouve généralement que des modules d'entretien ou des dispositifs de commande. La Mercedes Classe A repose elle aussi sur ce concept d’intégration au plancher; l'usine de Stuttgart avait en effet pensé à préparer d’emblée ce modèle à recevoir une future motorisation électronique. Toutefois, jusqu’ici, Mercedes se contente d’intégrer la motorisation électrique à ses prototypes, au contraire de Mitsubishi, dont la «i» inaugure la production en série de ce type de véhicules.

La version électrique de la «i» se pare du suffixe MiEV – abréviation qui signifie Mitsubishi innovative Electric Vehicle (véhicule électrique innovant par Mitsubishi). Innovant, ce bolide électronique l'est en effet, et à bien des égards!

Un espace plus que généreux

Pour une petite voiture de 3,40 mètres de long à peine, l’habitacle de la «i» offre un volume intérieur impressionnant, qui doit tout à l’agencement technique du véhicule: le moteur électrique trouve sa place à l'arrière, tandis que le système de propulsion et les accus se logent directement sous les pieds des passagers. La «i» permet donc à quatre personnes de parcourir sans problème la distance séparant le point A du point B. Un seul hic, cependant: Cette distance ne devra pas excéder 144 kilomètres! En effet, selon le cycle de conduite européen, c’est à cette distance que la capacité de charge de la i-MiEV limite son kilométrage maximal. Fait notable: le coût, pour cette distance, n’atteint même pas trois euros.

Mitsubishi i-MiEVAu niveau de la recharge des batteries, la i-MiEV offre deux possibilités: la charge peut s’effectuer soit en sept heures environ au départ d’une prise d’alimentation courante de 230 Volts (branchement côté arrière droit;  facteur de coût inférieur à trois euros), soit en 30 minutes seulement par l’intermédiaire d’une prise haute tension (branchement côté arrière gauche). Cette durée permet de recharger, au mieux, 80 pour cent des accus. Pour assurer une charge de 100 pour cent, il faudra néanmoins laisser la i-MiEV branchée sur le secteur deux heures supplémentaires, et ce, en dépit du service haute tension. Pourquoi? Parce qu’en fin de charge, le développement thermique est tel que la puissance de charge doit être réduite. Toutefois, le monde ne compte actuellement que 20 de ces dispositifs de charge rapide effectivement en service. Mitsubishi annonce pour les accus spéciaux de la i-MiEV – qui coûtent environ 20000 euros à l’heure actuelle – une durée de vie prévisionnelle de 140000 kilomètres environ, et ce, quel que soit le mode de charge.

Ça roule!

Mitsubishi i-MiEV

La conduite de cette Mitsubishi électrique est une expérience inoubliable. Comme toutes les voitures électriques, la i-MiEV offre un démarrage silencieux et une accélération rapide, emportée par son couple de 180 newtons-mètres. Une simple poussée sur la pédale d’accélération libère une puissance maximale de 64CV (valeur convertie) qui emmène la quatre places de 1100 kilos environ jusqu’à des pointes de 130km/h à un régime de 8500 tours minute. Au-delà de ce seuil, un dispositif électronique se charge d’endiguer la poussée. Le véhicule pourrait atteindre des vitesses supérieures, mais pour ce faire, le moteur électrique – qui ne nécessite par ailleurs aucun entretien – devrait consommer une quantité d’énergie considérablement plus importante, ce qui réduirait d’autant son autonomie kilométrique. Le concept exige donc du conducteur qu'il repense sa manière de conduire.

Fort heureusement, il n’en va pas de même de l’utilisation du véhicule lui-même! En effet, comme de coutume chez Mitsubishi, la i-MiEV se dote d'un système de verrouillage et de démarrage sans clé: Un simple tour de l’«interrupteur de contact» suffit à allumer le système électronique. Reste alors à placer le levier de la boîte de vitesses automatique sur «D» pour que le moteur sans balais (ce qui explique qu'il ne nécessite aucun entretien) passe en première et libère toute sa puissance. Le mode «Eco» assure une gestion plus efficiente de l’énergie, et limite la puissance maximale du véhicule. Si, en circulation urbaine, le conducteur ne sent pas la différence, ce mode est moins adapté à la conduite sur autoroute. La lettre «B» symbolise tout simplement le freinage; dans les descentes, cette position assure intégralement la récupération de l'énergie et ralentit le véhicule sans qu’il soit nécessaire de faire appel à la pédale de frein.

Mitsubishi i-MiEVUne tenue de route parfaite

L’installation du pack de batteries lithium-ion, d’un poids total de 200 kilos, dans l’empattement du véhicule permet à la i-MiEV de négocier à grande vitesse les virages les plus serrés, et ce, en dépit de la taille réduite des pneumatiques dont elle s’équipe, lesquels n'offrent que peu de résistance au roulement. Côté confort de conduite, par contre, il ne faut pas s’attendre à des miracles! La i-MiEV a tendance à rebondir sur les inégalités de la route; elle est en outre assez sensible aux vibrations. On passera aisément l’éponge sur ces défauts; après tout, la Smart ne fait pas mieux et la Mitsubishi n’a strictement rien à envier à la Toyota iQ.

Inspirez profondément!

Comme on l’aura peut-être compris à la lecture de ce qui précède, la version MiEV de la «i» ne s’annonce pas particulièrement bon marché – après tout, le pack de batteries coûte à lui seul pas loin de 20000 euros! S’il faut en croire Mitsubishi, il en va de même de toutes les technologies inédites; les premiers acheteurs, en quelque sorte appelés à assurer le préfinancement des futures innovations (augmentation de l’autonomie kilométrique, raccourcissement du temps de charge, réduction du prix), sont donc bien obligés d’avaler la pilule!

Mitsubishi i-MiEV

Ainsi, au Japon, où elle devrait être disponible à partir d'octobre 2009, la i-MiEV coûtera l’équivalent de 34000 euros. À cela s’ajoutent les frais de transport, les droits de douane et la T.V.A. indissociables de toute importation de ce véhicule vers l’Allemagne, ce qui fait grimper le prix du petit bolide électrique à 45000 euros – au bas mot! C’est, avec l'actuel manque d'infrastructures adaptées, l'un des inconvénients majeurs des véhicules électriques, quels qu'ils soient. La i-MiEV s’adresse donc davantage à des clients d’envergure tels que les aéroports, les grandes entreprises de transport ou encore les services de livraison urbaine. La réaction de Mitsubishi à cette constatation ne s’est d’ailleurs pas fait attendre: le constructeur proposera en effet d’ici peu une version «Mini-Transporter» de la i-MiEV.

Données techniques

Données techniques
 
Marque et modèle   Mitsubishi i-MiEV
Version    
Dimensions et poids    
Longueur/Largeur/Hauteur (mm)   3.395/1.475/1.600
Empattement (mm)   2.550
Rayon de braquage (m)   moins de 9
Poids à vide (kg)   à partir de 1.100
Coffre (litres)   n.c.
Pneumatiques véhicule d’essai   A.av.: 145/65 R 15; A.ar.: 175/55 R15
Moteur    
Type   entraînement synchrone à aimants permanents
Puissance (CV)   64
Couple (Nm) /Tours   180 / à p.d. 0
Entraînement   Propulsion
Boîte de vitesses   Boîte mono-rapport
Consommation    
Type de carburant   Électricité verte
Autonomie en km selon cycle de conduite UE   144
Émission de CO2 (g/km)   0
Consommation d’après AS24 (l/100km)   n.c.
Performances    
Données d’usine 0-100km/h (s)   n.c.
Sprint de 0 100km/h (s) d’après AS24   n.c.
Test de freinage d’après AS24 (m)   n.c.
Vitesse maximale (km/h)   130
Prix    
à partir de (euros)   env. 45000
 
Plus de données
Moins de données
 

En bref

S’il faut en croire les déclarations des concepteurs du système et des hommes politiques, le processus d’électrification devrait rapidement gagner du terrain dans le segment du transport de passagers. Certains États octroient d’ores et déjà des subventions régulières en faveur de ce processus, lesquelles devraient contribuer, à terme, à créer un environnement automobile exempt d’émissions nocives.  

Quoi qu’il en soit, le sujet mérite réflexion: en effet, le seul fait d’utiliser des véhicules électriques ne suffit pas à protéger l’environnement; il faut aussi que l’électricité qu’ils consomment soit produite au moyen d'énergies renouvelables! Il faudrait donc que les conducteurs de véhicules électriques optent systématiquement pour une énergie verte. Toute autre option n’est que poudre aux yeux: au final, un moteur électrique qui ne fonctionne pas à l’électricité verte dégage autant d’émissions de CO2 qu’un moteur à explosion économique.

Mitsubishi i-MiEV

 

Salon de Francfort 2017

Découvrez toutes les nouveautés du Salon de l'Auto de Francfort 2017 dans notre dossier spécial.

AutoWorld

No data available

ServiceWorld

Trouvez votre voiture !

Marque
Modèle

Sécurité en ligne

Protégez-vous contre l'hameçonnage (phishing), les fraudes par chèque et les offres malhonnêtes. Surfez en toute sécurité grâce à nos conseils.