Imprimer Recommander   Twitter
 
Imprimer Recommander   Twitter
Rapport: Dieselgate VW

Rapport: Dieselgate VW

"L'Union Européenne savait depuis 2011"

16.11.2015

La Commission Européenne savait en 2011 déjà que "des constructeurs européens" trichaient aux tests d'émissions. Mais les politiques se sont refusé à agir, ce qui provoqua la frustration de certains fonctionnaires qui lâchèrent l'info aux USA. C'est du moins ce que dit le magazine allemand de référence Wirtschaftswoche.

Selon le média, c'est un fournisseur de VW – facile de deviner lequel – qui aurait informé le Commissaire Européen aux Transports Antonio Tajani (Forza Italia) que des constructeurs avaient recours à des pratiques illégales lors des tests d'émissions. Tajani, entre-temps devenu vice-Président du Parlement Européen, ne fit rien de cette info. Et ce sont apparemment des fonctionnaires européens déçus qui auraient alors communiqués les faits au service de recherche environnementale américain ICCT. Ensuite, d'autres tests menés aux USA ont permis de démasquer VW. Cette histoire permet de jeter un tout autre regard sur les politiques qui, lorsque le scandale a éclaté, n'ont pas manqué de crier leur indignation…

Le scandale du CO2 touche 800.000 voitures

Rapport Dieselgate VWOutre le scandale des émissions de NOx par les moteurs diesel VW, le groupe doit maintenant faire face à la fraude au CO2 qui concerne les moteurs essence. VW a récemment admis que quelques 800.000 voitures pourraient être concernées, soit près du double de l'estimation précédente. En plus des moteurs 1.4 à désactivation de cylindres, les 1.0 et 1.2 TSI sont aussi montrés du doigt, tout comme les 1.8 et même 2.0 TFSI des Golf et Passat. Chez Seat, ce sont les 1.4 TDI, 1.6 TDI et 2.0 TDI qui sont concernés et chez Audi, c'est le 1.4 TDI de l'A1. Petite curiosité: le 2.0 TDI de la VW Passat est cité, alors que celui de l'Audi A4 ne l'est pas. Le 1.6 TDI de VW serait lui aussi dans le lot.

20 milliards d'emprunt

Rapport Dieselgate VWPour se préparer aux conséquences financières de tout ceci, VW cherche à emprunter 20 milliards d'euros auprès des banques. VW dispose "personnellement" d'un solide bas de laine, mais a besoin d'un amortisseur financier. Selon la Barclays Bank, le coût du scandale pour VW pourrait avoisiner les 25 milliards d'ici 2017. Les sous-traitants s'attendent donc à être mis sous très forte pression pour revoir leurs tarifs à la baisse. En octobre, les ventes de VW ont baissé de 3,5%.

 

Salon de Francfort 2017

Découvrez toutes les nouveautés du Salon de l'Auto de Francfort 2017 dans notre dossier spécial.

AutoWorld

No data available

ServiceWorld

Trouvez votre voiture !

Marque
Modèle

Sécurité en ligne

Protégez-vous contre l'hameçonnage (phishing), les fraudes par chèque et les offres malhonnêtes. Surfez en toute sécurité grâce à nos conseils.