Imprimer Recommander   Twitter
 
Imprimer Recommander   Twitter
Galerie: Essai Aston Martin DB11 Volante

Essai: Aston Martin DB11 Volante

La DB11 se découvre…

10.03.2018

Conçue avec l’aide de Mercedes-AMG, la DB11 signe le renouveau de la marque. Pour le printemps, elle enlève le haut, avec cette version découvrable toujours baptisée Volante.

Les choses bougent chez Aston. Le nouveau patron, Andy Palmer, transfuge de chez Nissan, grouille d’idées. Il vient de lancer la nouvelle Vantage, prépare une remplaçante à la Vanquish, mais aussi un SUV (pour fin 2019), une berline électrique sans doute badgée Lagonda et même une sportive à moteur arrière qui pointera Ferrari dans son viseur !

Galerie: Essai Aston Martin DB11 VolanteEn attendant cette déferlante de modèles, c’est la DB11 qui incarne le renouveau de la marque. Cette GT, qui succède à la DB9, a été développé avec l’aide de Mercedes-AMG, qui, en 2013, a pris 5% des parts de la vénérable enseigne britannique. Le partenariat se traduit par la fourniture de pièces, comme le système multimédia, mais aussi le… moteur. Une Aston à l’accent allemand ? On voit d’ici les puristes s’étrangler…

Alu et tissu

Galerie: Essai Aston Martin DB11 VolanteCette DB11 Volante reprend logiquement la structure du coupé homonyme. Un squelette façonné entièrement en aluminium. La peau est fondue dans le même métal et le tout se couvre d’une capote en toile. Le tissu dispose d’une structure à 8 couches, pour bien isoler les passagers du bruit et du froid. Et, coquetterie oblige, Aston nous laisse le choix de la couleur du toit : bordeaux, noir ou gris. Cette capote s’ouvre en 14 secondes et met 2 secondes de plus pour se refermer. L’opération peut s’effectuer en roulant, jusqu’à 50 km/h, ou via la télécommande, pour décapsuler l’engin à distance depuis la terrasse de votre café préféré…

Elle trouve enfin son chemin…

Galerie: Essai Aston Martin DB11 VolanteA bord, c’est luxueux. L’habitacle est tapissé de cuir noble et la finition est globalement bonne, même si quelques éléments font pingre à ce niveau de gamme, comme les ouïes de ventilation en plastique basique. On déplore aussi l’absence de boîte à gants. Par contre, ceux qui n’ont pas le sens de l’orientation seront ravis d’apprendre que le très mauvais GPS de la DB9 est ici remplacé par un système provenant de chez Mercedes, bien plus efficace et doté d’un écran de 12 pouces. Quant aux places arrière, elles n’accueilleront que des enfants en bas âge tant l’espace aux jambes est limité.

Un cœur allemand

Galerie: Essai Aston Martin DB11 VolanteContrairement au coupé DB11, le cabrio n’a pas droit au V12 maison. Il doit se « contenter » d’un V8 Mercedes, en l’occurrence le bloc 4.0 biturbo des AMG GT, fort ici de 510 ch. Les acousticiens de chez Aston lui ont toutefois greffé un nouvel échappement, pour lui donner une voix plus noble, moins rocailleuse que celle des sportives teutonnes. De fait, le V8 allemand est ici plus distingué. Et pas besoin de le pousser pour aller vite : ce moteur donne le meilleur de lui-même autour de 5.500 tr/min. Quant aux 110 kilos de plus par rapport au coupé, ils ne brident pas les performances...

Esprit GT

Galerie: Essai Aston Martin DB11 VolanteNotre essai débute dans le froid et donc sous toit. Et l’insonorisation de la capote impressionne. Au premier rayon de soleil, on fait tomber le couvre-chef. Avec le filet anti-remous en place, les places arrière sont condamnées, mais le confort est assuré : les turbulences sont limitées. Et pour rouler confortablement au vent, les sièges et le volant sont chauffants. Cette Aston ne dispose par contre pas de chauffage de nuque, une gâterie chère à Mercedes.    

Galerie: Essai Aston Martin DB11 VolanteEn bonne GT, cette DB11 Volante se montre particulièrement confortable : la suspension pilotée gomme bien les irrégularités du revêtement, malgré les grosses jantes de 20 pouces. Sur les petites routes, on apprécie aussi l’agilité de l’engin, qui pose sa boîte de vitesses (l’excellente ZF à 8 vitesses) sur son train postérieur pour équilibrer les masses avant/arrière (47/53%). Ajoutez à cela une structure de caisse rigide et vous obtenez une grande découvrable qui ne rechigne pas à mordre du virage. L’engin ne fait jamais son poids (1.870 kg tout de même…) et se conduit du bout des doigts, dans un style coulé/rapide typiquement GT.

Galerie: Essai Aston Martin DB11 VolanteMais ne comptez pas sur cette Aston pour freiner seule ou vous prendre le volant des mains afin d’éviter un danger que vous n’auriez pas vu : le modèle se passe des dernières assistances à la conduite. Mais ces aides ne nous ont jamais manqué et nous avons découvert une Aston réussie, à la fois belle et techniquement aboutie. Plus exotique et exclusive qu’une Mercedes SL, plus vivante qu’une Bentley Continental GT, plus moderne qu’une Maserati GranCabrio et moins bling-bling qu’une Ferrari Portofino, cette DB11 Volante tient son rang sur le segment huppé des cabriolets GT.  

Galerie: Essai Aston Martin DB11 Volante

Aston Martin DB11 Volante
Moteur: V8 essence biturbo, 3.982cc
510 ch à 6.000 t/min
675 Nm de 2.000 à 5.000 t/min
0-100 km/h : 4,1 sec
Pointe : 300 km/h
Conso: 10,0 l/100 km
CO2: 230 g/km
Prix: 199.712€

 

Salon de Francfort 2017

Découvrez toutes les nouveautés du Salon de l'Auto de Francfort 2017 dans notre dossier spécial.

AutoWorld

No data available

ServiceWorld

Trouvez votre voiture !

Marque
Modèle

Sécurité en ligne

Protégez-vous contre l'hameçonnage (phishing), les fraudes par chèque et les offres malhonnêtes. Surfez en toute sécurité grâce à nos conseils.