Imprimer Recommander   Twitter
 
Imprimer Recommander   Twitter
Galerie: Test comparatif Suzuki Alto vs. Citroën C1

Test comparatif: Suzuki Alto vs. Citroën C1

Vert citron et rouge framboise

12.08.2009

Souvent, les citadines se fondent dans la grisaille du quotidien. Il est donc d’autant plus appréciable que les deux candidates de notre comparatif détonent ne serait-ce que par leurs coloris: la nouvelle Suzuki Alto nous arrive dans une teinte framboise métallisée lumineuse et la Citroën C1 dans un vert citron délicat.

On pourrait croire que les deux constructeurs ont copié l’un sur l’autre les spécifications techniques de leurs lilliputiennes urbaines. Toutes deux sont animées par un moteur essence trois cylindres fournissant 68 CV, nécessitent quelque 14 secondes pour se hisser à 100 km/h, culminent à un peu plus de 155 km/h et ne se distinguent guère non plus par leur couple: 93 newtons-mètres sont disponibles à partir de 3.600 tours dans la C1, tandis que l’Alto développe 3newtons-mètres en moins, mais à partir de 3.400 tours.

Cette différence n’exerce toutefois pratiquement aucune influence sur la poussée et on peut se réjouir que le poids sensiblement supérieur de la Suzuki ne se fasse pas non plus beaucoup remarquer. De fait, la Japonaise affiche près de 400 kg supplémentaires sur la balance, mais excepté dans de rares cas, elle produit une impression tout aussi tonique que la Citroën. Le tout à la condition que les conducteurs manient lestement la transmission manuelle à cinq rapports - ce qui s’avère aussi nettement plus agréable dans l’Alto.

Typiquement française

Galerie: Test comparatif Suzuki Alto vs. Citroën C1Alors que les Japonais utilisent une transmission d’une précision appropriée pour cette catégorie, on trouve en effet dans la Citroën une boîte rappelant une Française que l’on pensait reléguée aux oubliettes depuis longtemps. Il faut pour ainsi dire tâtonner au hasard, à l’aide d’un levier fluet, dans le mécanisme rugueux dans l’espoir de tomber sur le bon rapport. Et l’embrayage imprécis ne contribue pas davantage à rendre l’opération plus plaisante.

Bien que les deux concurrentes soient principalement conçues pour le trafic urbain, rien ne leur interdit d’accomplir de plus longues étapes. Aussi bien la Citroën que la Suzuki assurent une bonne trajectoire linéaire malgré leur empattement relativement court de quelque 2,35 mètres et, même à un rythme élevé, elles ne deviennent ni instables au point de susciter l’inquiétude, ni extrêmement bruyantes. Dans les deux cas, on est toutefois soumis occasionnellement à des secousses perceptibles, car que les châssis à l’ajustement rigide transmettent directement les irrégularités du revêtement routier aux passagers et, à la longue, les sautillements fréquents peuvent s’avérer gênants. Une chance que les deux constructeurs installent des sièges confortables.

ESP en supplément

Galerie: Test comparatif Suzuki Alto vs. Citroën C1Pour ce qui est de l’aisance dans les courbes, la Citroën remporte le match. Elle file plus rapidement et plus docilement à travers les virages que l’Alto, dont l’on remarque malgré tout le poids supérieur, qui pousse davantage la Suzuki en direction des bordures. A ce propos, l’ESP n’est pas inclus de série dans l’équipement de base, mais il peut au moins être obtenu moyennant un supplément.

Un défaut substantiel de la Suzuki réside dans les freins. Lancée à 100 km/h, l’Alto requiert plus de 45 mètres pour s’arrêter, alors que la Citroën s’immobilise 5 mètres plus tôt. L’égalité règne par contre en ce qui concerne la consommation: avec 4,4 litres pour l’Alto et 4,5 litres pour la C1 aux 100 kilomètres, les deux passe-partout se situent au même niveau selon la norme européenne et, dans la pratique, leur appétit est également similaire, même s’il peut s’écarter des indications des constructeurs jusqu’à un litre à la hausse.

Plus longue, mais pas plus spacieuse

Galerie: Test comparatif Suzuki Alto vs. Citroën C1La Suzuki n’est pas seulement plus lourde que la Française, mais aussi quelque 20 centimètres plus longue, se positionnant à 3,66 mètres parmi les plus grandes des petites. Hormis le fait que l’Alto est présentée comme une cinq places et la C1 seulement comme une quatre places, la différence de taille n’est toutefois pas flagrante pour les passagers. A la première rangée, les deux rivales offrent une place suffisamment généreuse pour qu’un conducteur de 1,90 mètre se sente à l’aise, mais même dans la plus longue des deux, on doit à peine moins relever les genoux que dans la plus petite pour pouvoir s’asseoir.

De surcroît, la petite Française possède un coffre comparativement spacieux. Lorsque les sièges sont dressés, elle peut ainsi engouffrer 139 litres, ce qui correspond approximativement à un grand sac de sport, et lorsque les dossiers arrière sont rabattus, sa capacité augmente à un chiffre correct de 751 litres. Dans la configuration normale de l’habitacle, le compartiment à bagages de la Suzuki est plus petit, ne dépassant pas 129 litres, mais il peut être agrandi à 774 litres. L’Alto offre en outre l’avantage que son seuil de chargement est plus bas et son ouverture plus grande, alors que dans la Citroën, un obstacle d’une hauteur de près de 80 centimètres doit être franchi.

Plastique tous azimuts

Galerie: Test comparatif Suzuki Alto vs. Citroën C1Au niveau de l’aménagement de l’habitacle, les deux constructeurs sont à nouveau très proches. Dans un cas comme dans l’autre, ils se sont essayés à un design léger et amusant sous la forme d’un compte-tours en option monté dans une position satellite dans l’esprit de la Mini. En l’absence de ce cadran, uniquement disponible dans la gamme d’équipement supérieure, on doit se contenter d’un seul grand instrument, à savoir le tachymètre, flanqué d’un petit système d’affichage numérique pour la jauge de carburant et le compteur kilométrique.

De même, la console centrale témoigne de part et d’autre d’une allure ordonnée. Dans la Suzuki, la ventilation ou la climatisation se commande au moyen de boutons rotatifs traditionnels, tandis que Suzuki a jugé opportun de préférer d’extravagants régulateurs à coulisse qui sont certes élégants au regard, mais ne donnent pas une impression de grande qualité au toucher, loin s’en faut. D’une manière générale, les Français sont en principe habitués à de tels reproches. Suzuki a également recours à un plastique économique, mais la sensation tactile reste acceptable et la mise en œuvre est soignée. Dans la C1, le paysage de plastique paraît en revanche irrémédiablement bas de gamme. Dans les deux modèles en lice, on peut néanmoins apprécier les rangements disséminés en abondance, qui accueillent aisément les objets les plus divers.

Différence substantielle

Galerie: Test comparatif Suzuki Alto vs. Citroën C1Autant son habitacle dégage une impression bon marché, autant la C1, tout bien considéré, est onéreuse. Dans l’équipement de base deux portes, elle coûte 9.000 euros, auxquels s’ajoutent 300 euros pour deux portes supplémentaires, soit un total de 9.300 euros au bas mot. Equipée d’origine de quatre portes, l’Alto est proposée à partir d’un prix presque imbattable de 7.990 euros.

En bref

Les deux marques attirent le chaland par un prix inférieur à 10.000 euros, mais si l’on tient compte d’un équipement décent, leurs citadines ne sont plus réellement de bonnes affaires. Il n’est en outre pas justifié que la Citroën coûte près de 1.000 euros plus cher, ne serait-ce qu’à cause de son intérieur bon marché. D’autant que les acheteurs de la Française pourraient également regretter la transmission imprécise et le seuil de chargement élevé. En revanche, les clients de Suzuki doivent uniquement être mis en garde contre la distance de freinage excessive de l’Alto. Enfin, quel que soit le choix de chacun, il est recommandé de consentir la dépense supplémentaire de l’ESP.

Galerie: Test comparatif Suzuki Alto vs. Citroën C1

 

Salon de Francfort 2017

Découvrez toutes les nouveautés du Salon de l'Auto de Francfort 2017 dans notre dossier spécial.

AutoWorld

No data available

ServiceWorld

Trouvez votre voiture !

Marque
Modèle

Sécurité en ligne

Protégez-vous contre l'hameçonnage (phishing), les fraudes par chèque et les offres malhonnêtes. Surfez en toute sécurité grâce à nos conseils.